La vieille église Imprimer

arton23-e977cSous l'impulsion de la commune et de l'Animation Culturelle, la restauration de l'ancienne église a été menée de mars 1982 à juillet 1985 grâce à des stages de jeunes bénévoles dirigés par JG. Mortamet, architecte en chef des Monuments Historiques. Inscription par arrêté du 18 février 1926.Edifice protégé au titre des Monuments Historiques

 

La nef remonte à l'époque romane. Seul le mur nord avec son « armarium » de pierre, est intégralement d'époque. On distingue encore sur le mur sud, la trace d'ouvertures romanes antérieures à la construction du bas-côté.

 

L'église servait de sépulture aux seigneurs et aux paroissiens, comme en témoigne la « litre funéraire », bande noire peinte sur le pourtour, et le sol couvert de dalles amovibles.

 

Le chœur fut construit au début du XVIème siècle (1536), à la demande de Claude de Fougères, dernier membre de cette famille à posséder la seigneurie de Theizé. Son voûtement à voûte à six quartiers, liernes et tiercerons, orné d'une clef pendante finement sculptée, les remplages des fenêtres, sont caractéristiques du gothique flamboyant. On a cherché à produire un effet de perspective en peignant un trompe-l'œil sur le mur nord. A la même époque, le mur sud de la nef est entièrement remanié pour permettre une extension. Les ouvertures romanes font place à quatre arcades ouvrant désormais sur quatre chapelles latérales, auxquelles on accédait par la nef.

 

Le narthex est construit en 1608. L'édifice est achevé en 1717 par le prolongement des 4 chapelles latérales. Dans le fond de l'église, plus composite, dont les murs soutiennent un clocher barlong, assez massif, de style roman, on remarque le bel escalier hexagonal qui met l'édifice en communication avec la tribune et le château et permet l'accès aux parties supérieures du clocher. Au XIXeme siècle, une entrée a été aménagée sur le côté droit et au fond de l'église. Jusqu'à nos jours une galerie extérieure couverte s'adossait au mur Ouest du clocher ; récemment sa couverture a été supprimée et il n'en reste qu'une sorte de terrasse d'où le regard s'étend au loin sur la campagne voisine.

 

Une porte gothique ouvre sur l'ancien jardin du presbytère. Sa partie extérieure est sculptée de feuilles d'acanthe et d'un écusson où figure une crosse épiscopale tournée vers la droite honorant la mémoire de Guyot de Fougères qui fut Abbé de l'abbaye de Boscodon (Hautes Alpes).